Boutique Solidaire

Et si cette année vous faisiez le choix de cadeaux solidaires?

Tous les bénéfices retirés des ventes nous permettront de poursuivre notre travail auprès des animaux et notamment de payer les factures vétérinaires qui représentent la plus grosse partie de notre budget.

Pour commander, voici les liens:

Calendrier 2016: https://www.helloasso.com/associations/respectons/evenements/calendrier-21016

Livre Street Cats: https://www.helloasso.com/associations/respectons/evenements/livre-street-cats-chats-des-rues-p-michel-et-m-christian-ed-omniscience

Teeshirt Greystoke: https://www.helloasso.com/associations/respectons/evenements/tee-shirt-greystoke-edition-limitee

Cartes de voeux: https://www.helloasso.com/associations/respectons/evenements/cartes-de-fetes-de-fin-d-annee

Porte clefs : https://www.helloasso.com/associations/respectons/evenements/porte-clefs

 

Vous pouvez également nous soutenir en faisant un don, notamment pour Titi, gravement malade  https://www.helloasso.com/associations/respectons/collectes/titi-5-ans

 

cartes de voeux porte clef street cats 3 ts greystoke

Week-end Adoptions chats / Collecte de nourriture des 12 et 13 Septembre 2015 Magasin Truffaut Paris Grand Stade

C’est avec un peu (beaucoup) de retard qu’arrive le compte-rendu de notre dernier week-end Collecte/Adoptions au magasin Truffaut Paris Grand Stade.

Mille excuses.

 Ainsi, comme à leur habitude, Patrick et une poignée de bénévoles lève-tôt s’étaient donné rendez-vous dès 8h45 devant le magasin pour vider le camion, monter les grandes (et lourdes !) cages à l’étage du magasin, afin d’y installer le plus vite et le plus confortablement possible la quinzaine de minous un peu fatigués après les trois (voire quatre pour certains) longues heures de route.

 Et oui, rappelons que pour ces derniers (et accessoirement Patrick et les familles d’accueil de l’Yonne !), un week-end Adoptions commence dès l’aube, vers 4heures du matin.

C’est l’heure à laquelle Patrick quitte la Chaume, pour commencer sa tournée dans les différentes familles d’accueil dont les chats seront proposés à l’adoption. Le circuit est bien rôdé, même s’il n’est jamais facile de se lever à cette heure plus que matinale !

 Ah, j’ai failli oublier de vous parler de la veille du départ.

Parce que non, le camion ne se remplit pas tout seul. Il faut charger les lourdes grilles, vous savez, celles dont on parlait un peu plus haut, et qui permettant aux protégés de Respectons d’avoir plus d’espace lors des week-ends Adoptions/Collecte.

 Revenons au week-end, à proprement parler de notre installation au sein du magasin Truffaut.

Les chats installés, vient le temps du rangement, et de la mise en place du stand dédié à la collecte, au rez-de-chaussée du magasin.

Deux équipes se forment : l’équipe du haut (adoptions) et l’équipe du bas (collecte).

 9h30 : ouverture des portes. Les premiers clients arrivent. Il est temps pour l’équipe du bas de commencer à aller à leur rencontre pour leur expliquer la raison de notre présence, et de leur donner un petit pense-bête leur rappelant ce dont RESPECTONS a besoin (croquettes chats ou chiens, boites, anti-parasitaires, etc).

Au même moment, le vétérinaire ausculte tous les chats pour s’assurer qu’ils vont bien et sont en règle pour l’adoption (procédure légale) : R.A.S !

 Ah oui j’oubliais ! Un week-end Adoptions, ça ne s’organise pas en un claquement de doigts. L’association doit envoyer bien en amont (plusieurs semaines) au directeur du magasin la liste des chats (avec n° d’identification) qui seront proposés à l’adoption, afin que celui-ci fasse une demande d’autorisation à la DDPP (direction départementale de la protection des populations). Si pas d’autorisation, pas de week-end Adoptions (fin de la parenthèse).

 10h30 : les premiers dons de nourriture commencent à arriver. Certains clients nous demandent même s’ils peuvent faire un don par chèque à l’association. D’autres préfèrent acheter des badges, ou encore les jolis sachets de lavande confectionnés par Jocelyne pour l’occasion.

 La journée passe, les équipes se relaient. Certains bénévoles ont bloqué toute leur journée pour aider l’association.

 18h30 : il est temps de faire un dernier check-up dans les cages (nettoyage des litières, remplissage des gamelles) et surtout de gros calins aux minous qui s’apprêtent à passer la nuit au calme, dans le magasin.

 Dimanche matin : nouvelles équipes (à quelques exceptions près), nouveaux clients, et c’est reparti pour une belle journée.

L’ambiance est agréable, l’entraide est bel et bien présente.

Amandine profite d’un moment d’accalmie pour ouvrir et éplucher le courrier de l’association des trois dernières semaines, gentiment apporté de la Chaume par Patrick (photo à l’appui !). Merci Patrick !

Gilbert, quant à lui, est parti avec le camion de l’association à Amiens pour aller chercher la tonne de nourriture (oui vous avez bien lu) récoltée par Marianne, fidèle amie de l’association.

Elodie, elle, a passé sa matinée à trapper une chatte et ses chatons dans un parking. Opération réussie ! La maman sera stérilisée et les chatons proposés à l’adoption dans quelques temps.

 Bilan du week-end : 180 kg de croquettes ont été collectés, et 9 chats ont trouvé leur famille.

Merci à tous les bénévoles pour leur investissement, et à l’équipe du magasin pour son accueil.

 RENDEZ-VOUS les 7 et 8 Novembre prochains au Truffaut Paris Grand Stade pour un nouveau week-end Adoptions/Collecte.

Toutes les personnes souhaitant nous apporter leur aide sont les bienvenues !

 truf1 truf2 truf3 truf4 truf5 truf6 truf7

(rédaction : Caroline)

 

 

 

 

 

chevaux maltraités

Audience du 21 juillet 2015 au TGI de Dijon
concernant des chevaux maltraités et un charnier

Un dossier conséquent au vu de son épaisseur.

Cette résurgence de l’association « Joie et Loisirs »1 est saisie sur deux groupes de chevaux. Seuls les chevaux de la Roche en Brenil (21) font l’objet de l’audience, ceux de Saint Père sous Vézelay (89) sont confiés au TGI d’Auxerre.

Les faits :

151 chevaux , sur 4 hectares il est conseillé 1 hectare par cheval, un terrain de boue en hiver, dans lequel les chevaux pataugent, une surpopulation créant des problèmes de hiérarchie et d’alimentation, les animaux se reproduisant entre eux sans aucun contrôle ni déclaration, des soins en particuliers de ferrure insuffisants, des clôtures inadaptées ou dangereuses…

Mars 2015 : visite de la DDCSPP à la suite de plusieurs signalements dont celui de Respectons en décembre 2014

Découverte de cadavres, d’ossements : une quarantaine de tombes anciennes cadavres récents dont 3 poulains pour lesquels une autopsie a été demandée. Cette autopsie faite par le docteur vétérinaire BRUNAULT fait état d’une mort par asphyxie. Ces poulains étaient en bonne santé avant leur mort, ils venaient de téter, du lait ayant été retrouvé dans l’estomac.

A proximité des cadavres, des sacs plastiques ont été retrouvés et le constat vétérinaire précise que les trois poulains ont subi une exérèse de l’œil gauche.

Le 3 avril 2015 : A la suite du déplacement de la gendarmerie qui constate la présence de chevaux embourbés, trois des propriétaires des chevaux ont été mis en garde à vue et la saisie de 38 chevaux est réalisée sur le champ (19 juments et leurs poulains).

Ces trois personnes n’ont pas fourni d’explications aux enquêteurs sur la quantité des cadavres et les raisons pour lesquelles les poulains ont été énuclés et prétendent s’occuper parfaitement de leurs chevaux.

Par ailleurs, une multitude d’irrégularités administratives ont été constatées par la gendarmerie, notamment : 151 chevaux non identifiés, cadavres laissés sur place, nourriture inadaptée –privation volontaire d’herbe celle-ci étant considérée comme impure-.

A l’issue de trois heures de procès le verdict tombe :

Les 3 prévenus sont condamnés à des amendes :
800 € pour non enlèvement de cadavres
250 € pour absence d’identification
250 € pour absence de déclaration à l’institut français du cheval
500 € pour mauvais traitement et habitat non-conforme
500 € pour mauvais traitement absence de point d’eau, absences de soins, nourriture inadaptée, absence de vermifuge

Concernant les parties civiles :
La LFPC –ligue française de protection du cheval
La confédération des SPA
30 millions d’amis
La SPA
Le CHEM
L’État pour la DDCSPP

Les trois mis en cause devront versés de manière solidaire 400 € de dommages et intérêts à chaune des 5 associations et 26 000 € à l’État correspondant aux frais de garde des 38 juments et leurs poulains, retirés le 25 avril 2015.

Par ailleurs, la saisie des 113 chevaux restants est ordonnée au profit de la LFPC.

Saint Léger Vauban, le 25 juillet 2015
Joëlle et Patrick

Pour complément: En 2007, à Girolles dans l’Yonne, un groupe de 40 chevaux est laissé à l’abandon sans nourriture, sans eau, 3 juments mortes ; Respectons est donc intervenu et a largement médiatisé cette affaire. La DSV de l’époque s’est rendue à plusieurs reprises sur place constatant les mêmes infractions. Plusieurs arrêtés préfectoraux sont pris mais, si la situation s’est améliorée partiellement, ils n’ont pas réglé les problèmes de fond ; 2 ans après les chevaux étaient 80. Les chevaux situés à Saint Père-sous Vézelay (une centaine) sont sans doute ceux de Girolles. Cette association, résurgence d’une secte opposée à toute castration, toute vaccination et tout traitement vermifuge a été dissoute après la mort d’un petit garçon au service des urgences d’Avallon en août 1999. Six membres de l’association avaient été condamnés en octobre 2004 à des peines d’emprisonnement pour la plupart assorties de sursis, décision judiciaire confirmée en appel, en mars 2004 pour privation de soins ou d’aliments.

Article paru dans le bien public: « Côte-d’Or -Justice
La Roche-en-Brenli : charnier et chevaux maltraités
le 23/07/2015 e 05:00 1 Mene Vlndy
Trois éleveurs amateurs devaient répondre de la gestion de leur troupeau, mardi, devant le tribunal correctionnel.
Trois prévenus à cette audience de mardi, un homme de 29 ans, et deux femmes de 77 et62 ans, étaient accusés d’irrégularités dans leur gestion d’un troupeau de 150 équidés
En effet, de nombreuses alertes avaient été données par des particuliers inquiets des conditions de vie de ces chevaux ainsi que des associatons de défense des animaux et
équidés Plusieurs contrôles et rappels à l’ordre de la Direction départementale de la protection des populations avaient alors été effectués, jusqu’à ce qu’enfin, en mars 2015, une
enquête soit dilligentée par la préfecture, puis les services de gendarmerie
Le président Blondeau a détaillé ce qui était exactement reproché à ces trois éleveurs amateurs Tout d’abord l’environnement des chevaux 150 têtes rassemblées dans quatre
hectares de terrain, alors qu’il est conseillé un hectare par animal, un terrain de boue en hiver, dans lequel les chevaux pataugent, une surpopulaton créant des problèmes de
hiérarchie et d’alimentation, les animaux se reproduisant entre eux sans aucun contrôle ni déclaration, des soins, en particuliers de ferrure, Insuffisants, des clôtures inadaptées ou
dangereuses Mals le plus choquant est sans conteste un charnier découvert par les enquêteurs, avec des dizaines de tombes sauvages, des poulains morts à demi enterrés, au
mépris de toutes les régies sanitaires, dont la principale est évidemment de faire évacuer les animaux morts par un équarrisseur,
Les juments et poulains. recuellis
A la barre, les prévenus maintiennent qu’ils aimaient leurs bêtes, s’en occupaient et en aucun cas ne les auraient maltraitées L’un aprés l’autre, ils décriront le temps passé à s’en
occuper, à les nourrir, parfois avec l’ade d’un réseau d’amis, prompts à donner un coup de main ou à foumir du fourrage Une analyse qui ne sera évidemment pas partagée par
les sept associaUons parties civiles, dont la LIgue française pour la protection du cheval quia recueilli 16 juments et leur poulain, la confédération naUonale des SPA ou encore ia
fondaUon 30 mililons d’amis Pour la procureure Delatronchette également, ce discours ne dédouane pas les mis en caJse « Laisser ces cadavres de poulains là, c’est un
manque élémentare de respect des régies et de la 101 [] Quand on dit aimer les chevaux, il faut aussi savoir dire stop»
A la défense, Me Prugnard de la Chaise, du barreau de Paris, s’Insurgera contre la vision que les parties civiles, mas aussi que le dossier d’Instruction, ont donné du dossier
Tentant assez maladroitement de revenir sur les mauvais traitements qui pour lui n’existent pas, il ne convaincra pas le tribunal Les trois prévenus seront condamnés à des peines
d’amende correspondant à chaque délit ou contravention, et les 16 juments et leurs poulains, ainsi que l’ensemble du troupeau, leur seront définitivement retirés »

unnamed (1) unnamed (3) unnamed (6) unnamed (7) unnamed (8) unnamed (9) unnamed (11)