LE TEMPS D’UN WEEK-END ADOPTION CHEZ RESPECTONS


13657_10153273630939835_8178161715347560912_nPour la troisième fois, la jardinerie Truffaut Paris Grand stade a ouvert ses portes à l’association Respectons le temps d’un week-end (21 et 22 Mars 2015).
Une petite équipe de bénévoles était sur place, dans les starting-block dès 9h00 pour monter les deux grandes « cages » au plus vite, afin que les 13 chats puissent y être installés confortablement.

Monter les cages, ça n’est jamais une mince affaire.
Il faut d’abord décharger le camion, transporter les lourdes grilles jusqu’au premier étage du magasin, puis les assembler en respectant minutieusement les indications données par Patrick (qui est le seul à détenir les clés du montage parfait!).
S’en est suivie l’installation du stand de récolte alimentaire, à l’entrée du magasin.
Les premiers clients étaient déjà présents, il ne fallait donc pas manquer l’occasion de leur distribuer les coupons mentionnant les besoins de l’association, coupons servant aussi de pense-bêtes à celles et ceux qui auraient oublié de passer par le rayon croquettes avant de passer en caisse.
La devise était simple : chacune des personnes entrant dans le magasin devait être informée à la fois de notre collecte alimentaire, ainsi que de la présence de nos magnifiques félins en attente d’une nouvelle famille.
En règle générale, l’accueil qui nous est fait est plutôt sympathique et les personnes attentives à notre discours.

Cependant, j’aimerais vous faire partager quelques réactions non moins surprenantes, mais qui malheureusement reflètent une partie de notre société actuelle:
« je déteste les chiens et les chats, ils peuvent tous crever, j’en n’ai rien à faire »
« mais pourquoi vous ne les piquez pas ? »
« ah vous faites adopter des chats ? Et sinon, on peut vous en apporter ? […] car ma fille vient d’avoir un bébé et elle veut donner son chat »
« non merci (lorsqu’un bénévole lui tend le coupon « pense-bête »), moi Madame, je donne pour les enfants cancéreux »

Fort heureusement, de nombreuses personnes ont fait preuve d’une grande générosité.
Au total : environ 400kg de nourriture et quelques dons.

Parallèlement à cela, à l’étage du magasin, les premières adoptions ont commencé dès le matin pour se terminer le dimanche en fin d’après-midi.
Sept chats ont adopté leur nouvelle famille ; nous leur souhaitons tout le bonheur qu’ils méritent !Etre bénévole pour Respectons lors d’un week-end Adoptions, ce n’est pas forcément collecter des croquettes, s’occuper des chats ou discuter avec les adoptants potentiels.

Il y’a également les équipes mobiles, celles qui partent en urgence récupérer un animal maltraité à l’autre bout de Paris, celles qui font la navette chez le vétérinaire pour aller récupérer des médicaments, amener ou récupérer un animal malade, celles qui assurent la tenue d’un stand pour l’association lors d’une autre manifestation (cette fois ci à l’occasion du Village Vegan), celles qui partent à 8h30 du mat’ récupérer un chien laissé à l’abandon dans une cour depuis le décès de sa maitresse, sans oublier les personnes qui assurent une permanence téléphonique quasi 24h/24, et j’en passe !
Sans parler de Patrick qui lève les voiles de la Chaume le samedi à 3h du matin (oui oui vous avez bien lu !) pour aller récupérer, chez les différentes familles d’accueil, les chats proposés à l’adoption ; tout en ayant pour objectif d’arriver à 8h30 au magasin.

Alors oui, nous avons besoin de bénévoles, on ne le dira jamais assez.
Et d’autant plus sur un week-end comme celui-ci car sans bénévoles : pas de croquettes, pas d’adoptions.
Et puis, l’ambiance est si agréable et conviviale que vous auriez tort de ne pas vous joindre à nous lors du prochain (dates à venir) !
N’hésitez pas à vous faire connaître dès à présent en contactant Caroline au 06 77 05 04 24.

Un grand merci à tous les bénévoles ayant participé de près ou de loin à ce week-end, aux familles d’accueil qui savent se rendre disponibles, aux adoptants et donateurs, et enfin à toute l’équipe du Truffaut Paris Grand stade de la Plaine Saint Denis pour sa disponibilité et sa sympathie !11071751_10153273633819835_5574366022680606453_n

Franc succès pour le Village de Noël Vegan

1909348_10153058070784835_2257080468705934480_o 1960779_10153058070834835_8773383024090754290_o10862498_10153058070829835_6953183972829294902_o Samedi 20 décembre 2014 s’est tenu le Village de Noël Vegan Place de la République à Paris, à l’initiative de L 214. Les bénévoles de Respectons ont fièrement brandi les couleurs de notre refuge préféré dont les valeurs respectueuses des droits des animaux s’inscrivaient dans l’esprit de ce rassemblement Vegan. Merci à toute l’équipe qui a bravé le froid de 10h à 18h pour faire découvrir Respectons au public se pressant sur le stand et distribuer des centaines de tracts présentant le travail de l’association, les soins dispensés aux animaux du refuge, les frais vétérinaires, les familles d’accueil, les enquêtes, les sauvetages, les placements hebdomadaires de chats mais également de chiens à Paris et dans toute la France. Les badges ont comme toujours été plébiscités, leur nouveau visuel dénonçant les massacres de la fourrure et des abattoirs touchaient particulièrement ce public concerné par les droits des animaux.Ce stand a permis de récolter quasiment 600 euros et plusieurs adhésions.

Merci également à tous ceux qui ont apporté des dodos et des jouets pour les animaux en accueil ou au refuge. Chaque petit geste compte, adhésion, cadeau, don financier, entraide, famille d’accueil, bénévolat, impression de tracts. Les animaux de Respectons n’attendent que vous !

Appel spécial :

Notre tonnelle a rendu l’âme lors de cet événement, subissant les foudres du vent, la pluie et la violente tempête. La tonnelle permet d’une part, d’abriter les bénévoles et les animaux qui les accompagnent pendant ces rassemblements, manifestations, villages associatifs, de protéger les tracts et documents Respectons des intempéries, et d’autre part, d’indiquer la présence de notre stand favori dont la bannière est visible de loin.

Une nouvelle tonnelle va nous coûter plusieurs centaines d’euros, nous faisons appel une nouvelle fois à votre générosité. Les stands Respectons permettent de faire connaître l’association, de faire des adhésions et de rapporter de l’argent en vendant les badges, T-Shirts, objets de brocante, le tout servant à financer les frais vétérinaires toujours plus lourds et l’alimentation des 250 animaux du refuge. Merci pour votre aide !

Respectons au village de Noël VEGAN le 20 décembre 2014 à République

village noelstand2

Venez nombreux au Village de Noël Vegan
le samedi 20 décembre 2014 de 11h à 18h Place de la République
Respectons participe à cet événement vegan en écho aux valeurs de l’association.

Rejoignez les bénévoles de l’association et du refuge …sur le stand de Respectons ! Nous cherchons de l’aide pour installer le stand et la tonnelle dès 10h le matin, pour distribuer les tracts, pour remballer à 17h. Un coup de main pour une heure ou pour la journée est toujours le bienvenue !
Si vous avez en votre possession des médicaments humains ou vétérinaires inusités ou périmés, des couvertures, des dodos, des jouets pour animaux, des croquettes etc. n’hésitez pas à nous les apporter, merci d’avance pour votre geste.

Au plaisir de vous retrouver au Village de Noël !
Lien vers l’évènement :http://www.l214.com/action/2014-12-20-village-de-noel-vegan https://www.facebook.com/events/1474456396143766/

Scandale dans l’Aube : Il LAISSE MOURIR SES ANIMAUX DE FAIM, au nez et à la barbe des services vétérinaires.

GetAttachment (18)GetAttachment (20)

 

L’enquête en résumé : en mars dernier l’association « Respectons » soutenue par le
Maire de la commune de Lignières porte plainte à la gendarmerie d’une ville de l’Aube pour abandon d’animaux.
Nous saisissons dans la foulée, les services vétérinaires de la DDCSPP pour leur demander de se déplacer au domicile de Monsieur X afin de constater l’état sanitaire déplorable et la mort par la faim de nombreux animaux livrés à eux même.
Les services vétérinaires La DDCSPP se déplacent à plusieurs reprises : en Mars, en Juillet et ce 24 novembre 2014 sans suite.
Aucune mesure conservatoire ne sera prise pour mettre en sécurité les animaux malgré notre proposition de les prendre en charge dans l’attente du jugement qui déciderait de leur sort et de la sanction prise contre le propriétaire.

Les faits : 4 chiens sont morts en s’entre dévorant, au moins 400 volailles et un mouton ont eux aussi perdu la vie. Les animaux qui restent au domicile de Monsieur X ne doivent leur survie qu’à la solidarité des voisins qui se sont relayés pour leur jeter de la nourriture par dessus les palissades.
Des dizaines de témoignages, de signalements et de photos avèrent les faits, dont le témoignage central du Maire de la Commune.
« Respectons » a fait intervenir un vétérinaire indépendant pour attester de l’état des animaux. Nous avons fourni son rapport aux services compétents.

GetAttachment (3)GetAttachment (19)L’enquête en détails : un couple de bénévoles de Respectons, averti par une personne de la commune de Lignières dans l’Aube, se déplace au domicile de Monsieur X pour prendre acte de l’état d’abandon dans lequel il laisse plusieurs des animaux dont il est le propriétaire.
Sur place, dans un enclos qui lui appartient, ils découvrent une jument et un poney faméliques dans ce qui devait être un pré. En réalité une décharge jonchée de détritus de toute sorte avec bien sur rien à manger ni à boire. Un voisin charitable mettait, lorsqu’il le pouvait, un peu de paille dans un coin.
Sans son intervention ces animaux seraient morts.
l’attestation de son témoignage à été transmise aux autorités compétentes.

Au domicile présumé de Monsieur X, les bénévoles sont accueillis par un Berger Allemand dans une courette bétonnée. Il vit là, au milieu d’immondices, sans eau ni nourriture.
Il en est réduit à boire dans une fosse à purin défoncée….
Les bénévoles lui donnent des croquettes sur lesquelles il se jette.
En mars dernier, ils étaient encore cinq grands chiens. Les témoignages irréfutables du Maire de la commune et du voisinage nous apprennent qu’ils se sont entre dévorés…

GetAttachment (9)Plus loin dans une grande cours où se trouvent des volailles, des chèvres et des boucs, on peut voir plusieurs cadavres de ces dernières prisonniers de la boue (les bénévoles leurs ont jetés ce qu’ils avaient sous la main et c’est pour cela que vous pouvez les voir attroupés en train de manger sur les photos).
Nous détenons un témoignage écrit du Maire qui atteste que Monsieur X a acheté à deux reprises un lot de 250 poules soit 500 en tout. Aujourd’hui il n’en reste qu’une petite dizaine, chancelantes, au bord de l’agonie.
GetAttachment (16)
Les découvertes macabres se poursuivent et dans un hangar en tôle les bénévoles peuvent apercevoir des poules dans un état de faiblesse alarmant qui tentent désespérément de sortir de cette prison. D’après les voisins elles ne seraient pas nourries. Elles sont aujourd’hui, malgré nos plaintes et nos signalements, dans l’autre monde…
Non loin de là, dans un autre pré, se trouve une dizaine de Brebis à l’abandon qui vivent sans abris, sans herbe sans point d’eau ni nourriture. L’une d’elle sera retrouvée morte ce samedi 22 au matin.GetAttachment (10)

Les services vétérinaires se déplacent ce matin lundi 24 novembre 2014 pour prendre acte de l’état de délabrement du lieu et l’état alarmant des animaux.
Ils ont délibérément prévenu leur propriétaire et l’homme malveillant qui n’a jamais accepté notre proposition de prise en charge, a pu faire un minimum de rangement. Il a caché les cadavres des animaux morts, (sauf celui du mouton dont il a prétendu qu’il devait venir de mourir dans la nuit) et mis en évidence des gamelles d’eau et de la nourriture pour les autres animaux.
Il a ainsi pu abuser du vétérinaire et des agents de la DDCSPP présentant ainsi des lieux plus convenables et des animaux ayant à boire et à manger.

GetAttachment (5)GetAttachment (11)Conclusion : malgré un dossier béton étayé de preuves irréfutables, force est de constater la frilosité des services de la DDCSPP.
Cette situation absurde perdure depuis presque un an, les lenteurs et les hésitations de l’administration on déjà coûté la vie de nombreux animaux.
Nous ne demandons que de pouvoir prendre en charge ces animaux le temps que soit rendu le jugement afin de leur éviter la mort. Nous ne lâcherons rien, nous saisirons le tribunal administratif si la décision est de laisser ces pauvres animaux chez leur bourreau.
Nous avertissons dès aujourd’hui la radio France bleue et tous les médias locaux pour tenter de faire bouger la situation.

Nous vous exhortons vivement à signalez votre mécontentement, votre indignation et vos attentes au service de la DDCSPP:
ddcspp-veillesanitaire@aube.gouv.fr : A l’attention de Messieurs Potiez et Hugonet. Téléphone : 03-25-80-33-33
Par courrier Cité administrative des Vassaules CC 30376 10004 Troyes Cedex.

Vous pouvez également contacter le cabinet du Préfet de l’Aube : A l’attention de Monsieur le Prefet Christophe BAY : 03 25 42 35 00 prefecture@aube.gouv.fr
2, rue Pierre-Labonde CS 20372 10025 Troyes Cedex.

Merci de Partager cet article au plus grand nombre et d’envoyer en masse, mails courriel et coups de fils aux adresse ci-dessus. Chacun de vos appels, mail, courrier compte ! Parce que le temps leur est compté.
Pour sauver ces animaux nous avons besoin de chacun d’entre vous !

PS : Pour ceux qui nous conseillerons de prévenir les grandes assos, elles sont comme nous tributaires des décisions que prendrons les services vétérinaires et la préfecture de l’Aube.
Le problème aujourd’hui n’est pas la prise en charge des animaux mais la décision de justice, bien sur nous demandons à toutes les associations de protections animales de nous épauler et de se porter parties civiles à nos cotés pour accélérer le processus. Merci à tous, amis des animaux.

Bonne nouvelle : Condamnation d’un empoisonneur de chats.

boulette empoisonné
A l’issu du délibéré rendu hier par le tribunal de Police d’Auxerre, un empoisonneur de chats vivant dans l’Yonne a été condamné à 600 euros d’amendes dont 300 avec sursis à verser à la partie civile (la propriétaire de l’animal empoisonné).
462,41 euros de dommages matériels pour les frais vétérinaires inhérent à l’hospitalisation du chat empoisonné à trois reprises et à 100 euros de préjudice moral.
« Respectons » aura 1 euros symbolique.

L’Enquête à débutée cet été, Patrick Sacco notre Président a été contacté par une personne lui signalant que plusieurs chats du village ou elle réside avaient disparu mystérieusement et que son propre chat avait été empoisonné.
Fort heureusement une voisine avait pu identifié l’empoisonneur qui n’était autre que le voisin de cette Dame, pris la main dans le sac alors qu’il déposait des appâts remplit de poison servant à tuer les limace dans le massif de fleurs de sa voisine ou le chat avait ses habitudes.
« Respectons » a donc conseillée et accompagnée la propriétaire du chat lors de son dépôt de plainte en Gendarmerie.
Le temps que l’enquête aboutisse, l’empoisonneur avait réitéré sa tentative de meurtre malgré la surveillance accru de la dame et le chat fut de nouveau malade.
Le vétérinaire sauva une fois de plus le chat, le fit vomir et « Respectons » envoya le contenu au labo de toxicologie de Lyon pour analyse, seul labo de France à faire ce type d’examen.
Le résultat fut sans appel le chat avait ingéré en grande quantité du Métaldéhyde (tue limace) qui avait été inséré en masse dans des boulettes de viande.
Nous commencions à nous impatienter et Patrick au terme d’un mois et demi d’attente rappela la Gendarmerie pour informer que si il n’y avait pas d’avancées, il irait lui même confondre l’empoisonneur. On lui répondit qu’avec le témoignage de la voisine, le dépôt de plainte et les résultats d’analyse etc… il serait dommage de ne pas patienter encore un peu car il est en effet très rare d’identifier ces tueurs de l’ombre.
Patrick fut peu crédible quand le Gendarme au téléphone lui parla de perquisition mais c’est pourtant ce qui se produisit quelques jours plus tard au domicile de ce meurtrier.
Une perquisition fut mandatée et l’on trouva chez l’homme des appâts bourrés de poison déjà tout préparés dans un coin du frigo et du stock pour en produire encore et toujours plus.
Nié pour ce criminel fut impossible et il fut condamné aux amendes cité plus haut.

Conclusion : Ce type de condamnations même si elles paraissent dérisoires au vu du nombre de chats que ce criminel à tués, sont extrêmement rares car les propriétaires des victimes baissent souvent les bras. Hors il faut persévérer, mener sa petite enquête et apporter du concret au service de police (témoignages etc…) pour confondre et faire condamner ce genre d’énergumènes qui pensent agir en toute impunité.
Patrick à prévenu les médias locaux.
Un article paraîtra dans les prochains jours dans l’Yonne Républicaine et on parlera de cette affaire sur France Bleu.